3 conseils pour valoriser votre projet GDPR

News Publication

Le GDPR (General Data Protection Regulation) a fait couler beaucoup d’encre et d’innombrables événements et formations ont déjà été organisés dans ce cadre. Toutefois, de nombreuses entreprises éprouvent toujours du ressentiment face à cette législation.

En tant que consommateur, je trouve cette appréhension regrettable, car ces règles ont précisément été pensées pour mieux nous protéger, nous et nos données personnelles.

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Pour renverser la vapeur, j’aimerais vous donner quelques conseils afin que le GDPR ne soit pas uniquement ressenti comme un fardeau et un coût, mais plutôt comme une valeur ajoutée pour une entreprise.

  1. L’Europe souhaite rendre la collecte de données à caractère personnel plus transparente pour le consommateur, ce qui nécessite une autre approche de la part des entreprises. Il s’agit toutefois aussi d’une opportunité de rendre votre marque « fiable ». Ne la laissez pas passer ! Expliquez dans un langage clair et intelligible la raison pour laquelle vous collectez des données et ce que vous en faites.

  2. Le GDPR vous oblige à documenter la collecte et l’utilisation de données à caractère personnel et à en définir l’objectif. Pour certaines entreprises, il s’agit d’un travail titanesque, mais voyez-y l’occasion idéale de passer au crible la quantité surabondante de données qui ont été réunies au fil du temps et de les rationaliser. Vous pourriez y gagner des réductions de coûts que vous n’auriez pas identifiées autrement.

  3. Une autre tâche que nous préférerions remettre à plus tard est la documentation des processus. Vous devez aussi les cartographier pour le GDPR, car vous devez savoir qui a accès aux données à caractère personnel, comment elles sont utilisées et avec qui elles sont partagées. Si vous devez clarifier vos processus, vous avez d’emblée une excellente occasion de les optimiser. Il y a de fortes chances que vous retiriez, ici aussi, davantage d’efficacité et même une meilleure qualité de données.

Par Sophie Angenot, Managing Partner at QuaData and President at DQA

Public Affairs & Regulation Digital Opinion Academy