La recherche vocale : quoi ? comment ?, selon Remco van der Beek

News
Remco van der beek.jpg

Durant la master class Search Engine Optimisation que j’ai récemment donnée pour l’UBA Academy, j’ai soulevé la question de la recherche vocale (Voice Search). Bien que cette thématique ait fait l’objet d’une attention médiatique accrue ces derniers temps, j’ai constaté avec étonnement que les professionnels du marketing étaient peu informés sur le sujet et n’avaient pas l’intention de parer aux conséquences de la recherche vocale.

1. Qu’est-ce que la recherche vocale ?

Il s’agit d’une recherche effectuée oralement, par opposition aux recherches écrites, par le biais de téléphones mobiles, d’ordinateurs ou d’autres dispositifs tels que les enceintes intelligentes comme Amazon Echo et Google Home. Pour pouvoir reconnaître la voix, les divers appareils utilisent des assistants, c’est-à-dire des logiciels de reconnaissance vocale comme Alexa, Google Assistant, Siri (Apple) et Cortana (Microsoft).

2. Quelle est la portée de la recherche vocale ?

  • Les assistants vocaux sont aujourd’hui installés par défaut sur tous les smartphones.
  • 20 % des recherches effectuées sur des appareils Android sont des recherches vocales (Google).
  • comScore prévoit que la moitié des recherches seront vocales d’ici à 2020.
  • 14 millions d’enceintes intelligentes ont été vendues dans le monde au 4e trimestre 2017. Les prévisions s’élèvent à 56 millions pour 2018.

En bref, la recherche vocale est encore timide en Belgique, mais connaîtra une forte croissance ces prochaines années en raison de l’utilisation de plus en plus fréquente des appareils mobiles et de l’adoption des enceintes intelligentes.

3. Quel est l’impact de la recherche vocale sur le SEO ?

Sous l’impulsion de la recherche vocale, les recherches deviennent des questions. Au lieu de « horaire Bruxelles Gand », la recherche vocale ressemblera plutôt à « Quand démarre le prochain train de Bruxelles vers Gand ? » Les recherches apparaîtront davantage sous la forme de phrases et seront plus longues.

Par conséquent, au lieu d’avoir 10 résultats de recherche correspondant aux mots-clés sur une page déroulante, on obtiendra une seule réponse orale à la question en langage parlé. À cet effet, Google s’appuie fortement sur le principe de question-réponse, que nous retrouvons déjà aujourd’hui dans les résultats de recherche classiques sous la forme d’encarts Answer Box et de blocs Autres questions posées (voir illustration).

4. Comment exploiter la recherche vocale dans vos activités de marketeer ?

Google n’affichera toujours qu’une seule Answer Box pour chaque question. Les marketeers numériques doivent donc rivaliser avec leurs concurrents pour s’emparer de l’Answer Box relative aux questions pertinentes.

5. Comment faire concrètement ?

  • Analysez, via votre compte Search Console, le nombre de requêtes déjà introduites commençant par « comment », « quoi », « où », etc.
  • Dressez une liste des questions susceptibles de faire l’objet d’une recherche vocale dans votre secteur.
  • Vérifiez dans quelle mesure des Answer Boxes d’autres sites s’affichent déjà pour ces questions et analysez-les.
  • Créez, pour chaque question, une page d’atterrissage sur votre site web : le titre (le tag h1) doit être la question et la réponse doit figurer directement dans le 1er paragraphe.
  • Utilisez, dans la mesure du possible, des données structurées (schema.org) pour encore mieux indiquer aux moteurs de recherche quel type de contenu se trouve sur votre page de réponse.

Remco van der Beek, consultant en marketing numérique et en analyse chez Engage Digital

Master Class Marketing Technology Content Marketing_ Academy