Meet & Read @ UBA Trends Day : Christopher Sanderson

Publication
AW_Chris_119_HR.jpg

En prélude à l'UBA Trends Day, qui réunira dans quelques jours 1.350 marketers à Brussels Expo, nous vous faisons profiter d'une série d'interviews avec les orateurs internationaux qui animeront l'événement.

Zoom sur Christopher Sanderson, célèbre pour ses conférences et ses événements médias, mais surtout pour les LS:N Global Trend Briefings. Lors du Trends Day, fidèle à la promesse de The Future Laboratory, le bureau de consultance axé sur l’avenir dont il est l'un des fondateurs, il compte littéralement projeter son auditoire dix ans en avant. 

Pourriez-vous tout d’abord nous expliquer comment vous procédez pour définir les tendances émergentes ?

Notre Future Forecast 2018 est basé sur les recherches de notre laboratoire de tendances LS:N Global. Il offre un tour d’horizon des nouvelles micro-tendances et habitudes de consommation dans 10 secteurs majeurs. Nous avons eu recours à des méthodes de prédiction combinant intuition, recherche documentaire, expérience pratique, ethnographie et entrevues approfondies pour identifier les 40 évolutions clés qui se produiraient en 2018. Nous sommes convaincus de l’efficacité de cette méthode, ainsi que de notre Foresight Framework. Cette méthodologie a été mise au point pour anticiper les tendances en étudiant les bouleversements à long terme qui forgent notre monde et la façon dont ils interagissent avec sept besoins humains de base, comme la finalité, l’identité et l’appartenance, pour n’en citer que trois.

Vous avez divisé votre analyse en plusieurs domaines, dont l’intelligence artificielle, la beauté, etc. Quelle est la thématique qui jouera selon vous un rôle essentiel pour les spécialistes du marketing ? Et quel impact aura-t-elle sur leur métier ?

Le domaine qui jouera un rôle crucial pour ces marketers est la protection des données. L’entrée en vigueur en mai prochain du GDPR les obligera à traiter et à utiliser de manière plus intelligente les données qu’ils recueillent sur les consommateurs.

Avec ce durcissement des règles de protection de la vie privée, il sera beaucoup plus difficile de collecter des données, ce dont on ne peut que se réjouir en fin de compte. C’est une formidable occasion pour les marques et les marketers de réfléchir à la façon d’utiliser le GDPR comme point de départ d’une nouvelle approche marketing basée sur un usage responsable des données. Par ailleurs, une marque peut également se concentrer sur la création d’une activation ou d’un produit offrant ce sentiment de confidentialité, comme Bulgari l’a fait avec son application Vault. Laquelle offre à ses utilisateurs un stockage crypté des données leur permettant de sauvegarder tout ce qu’ils veulent, des mots de passe aux informations de paiement en passant par les notes et les photos. L’application est connectée à un produit Bulgari, la smartwatch Diagono Magnesium. C’est un moyen pour la marque de se conformer à la législation sur la protection de la vie privée.

Mais les marketers devront avant tout redéfinir la collecte de données comme une forme de collaboration entre les consommateurs et les marques. Il faudra expliquer aux consommateurs comment et pourquoi leurs données sont recueillies, tout en leur montrant clairement les avantages que cela représente pour eux.

UBA Trends Day Retailer