L’UBA signe le Code de bonnes pratiques de l’UE contre la désinformation

News Position Paper
Enquete.jpg

Selon la dernière enquête Eurobaromètre, 83 % des personnes interrogées estiment que les informations fallacieuses constituent une menace pour la démocratie.

Les répondants sont particulièrement préoccupés par la désinformation délibérée visant à influencer les opinions. L’enquête souligne également l’importance de médias de qualité supérieure : les sondés considèrent les médias traditionnels comme la source d’information la plus fiable (radio 70 %, télévision 66 %, presse écrite 63 %). Les sources d’informations en ligne (26 %) et les sites web d’hébergement de vidéos (27 %) sont perçus comme les sources d’informations les moins fiables.

La Commission européenne décrit la désinformation comme des « informations dont on peut vérifier qu’elles sont fausses ou trompeuses, qui sont créées, présentées et diffusées dans un but lucratif ou dans l’intention délibérée de tromper le public et qui sont susceptibles de causer un préjudice public ».

Afin d’enrayer le phénomène de la désinformation, la Commission européenne a publié un « Code européen de bonnes pratiques contre la désinformation », qui se fonde notamment sur les principes suivants :

  • garantir la transparence du contenu sponsorisé, en particulier de la publicité à caractère politique, ainsi que restreindre les options de ciblage pour ce même type de publicité et réduire les recettes des pourvoyeurs de désinformation ;
  • expliciter davantage le fonctionnement des algorithmes et en permettre la vérification par une tierce partie ;
  • faire en sorte que les utilisateurs découvrent plus facilement des sources d’information différentes offrant des points de vue contrastés et qu’ils y accèdent plus aisément ;
  • instaurer des mesures pour repérer et fermer les faux comptes et s’attaquer au problème des robots informatiques ;
  • permettre aux vérificateurs de faits, aux chercheurs et aux pouvoirs publics de surveiller en permanence la désinformation en ligne.

La charte de l’UBA relative à la communication socialement responsable s’attarde déjà explicitement sur le sujet : « La communication commerciale joue un rôle essentiel dans le financement des médias et d’autres activités et événements. Les entreprises et les marques veillent à ce que leurs communications commerciales n’entraînent pas le financement de médias qui diffusent délibérément de fausses informations. Elles s’assurent, de surcroît, que leurs activités de communication ne permettent pas de financer des activités illégales. »

Le 16 octobre 2018, l’UBA a officiellement signé le Code européen de bonnes pratiques contre la désinformation. De ce fait, l’organisation s’est engagée à porter expressément le sujet et le Code à l’attention de ses membres.

Documents

Public Affairs & Regulation