L’UBA au cabinet Gatz au sujet de la directive AVMS

News
Sven-gatz-UBA.jpg

Le ministre Gatz a invité l’UBA à présenter la vision des annonceurs quant à la directive européenne AVMS. Chris Van Roey a représenté l’UBA lors de la réunion du 14 mai et a clarifié le point de vue des annonceurs.

La directive AVMS vise à créer des conditions de concurrence équitables au sein de l’Europe pour les services de diffusion et les médias audiovisuels. Elle fixe notamment les exigences en matière de communication commerciale (règles quantitatives et qualitatives, règles spécifiques pour le sponsoring, le placement de produit ou pour des secteurs spécifiques). Cette directive a également pour but de préserver la diversité culturelle, de protéger les enfants et les consommateurs, de sauvegarder le pluralisme des médias et de combattre la haine religieuse et raciale. La Belgique transposera ces règles européennes en décrets médias régionaux pour les communautés linguistiques le 19 septembre 2020 au plus tard.

L’UBA a insisté sur les points suivants :

  • un alignement des règles qualitatives pour tous les services de médias audiovisuels linéaires, non linéaires et hybrides ;
  • une interprétation plus flexible des règles quantitatives, qui permet notamment des interruptions plus courtes ;
  • une approche plus flexible dans le cadre des règles aujourd’hui désuètes de séparation « physique » entre la publicité et le contenu rédactionnel (ce que l’on appelle des « bumpers ») afin d’améliorer le recours aux nouvelles techniques publicitaires innovantes (la communication commerciale devant évidemment rester clairement identifiable) ;
  • le rôle important de l’autorégulation ;
  • une réglementation uniforme en matière de communication commerciale dans les différentes communautés linguistiques, qui s’écarte peu ou ne s’écarte pas de la directive européenne.

L’UBA a également profité de cette réunion pour plaider en faveur d’un assouplissement des règles de communication pour les produits OTC (cf. « L’UBA et BACHI plaident en faveur d’une amélioration des règles de communication liées aux produits OTC »).

Public Affairs & Regulation