Guidelines Native advertising

Contract & guideline
41.jpg

Nous avons publié pendant l'été 2016  l’UBA Position Paper relatif à la publicité native. Nous y avons formulé diverses recommandations et avons invité toutes les régies à dresser leur fiche technique, afin que nous puissions partager les directives en toute transparence avec nos membres.

Les régies média de magazines ont visiblement fort apprécié cette initiative.
http://www.magazinemedia.be/fr/les-editeurs-se-rejouissent-des-recommandations-uba-autour-de-la-publicite-native/

Il est intéressant de noter que certaines régies se sont déjà employées à l’élaboration de directives clairement intégrées pour le format tant imprimé que numérique. Le récit est souvent rédigé en collaboration avec la marque par des journalistes qui s’écartent du contenu rédactionnel. La mention « powered by/offert par » suivie de la marque est souvent indiquée et le lay-out diffère du contenu rédactionnel.

Nous appelons donc les autres régies à suivre cette initiative. La frontière entre le contenu rédactionnel, le native advertising et la communication commerciale est, en effet, de plus en plus floue et dépend du contexte et du média. Il est donc essentiel de fixer des limites claires entre les différentes parties, afin que cette approche soit également identifiable par le consommateur.

Mediahuis donne ses directives dans sa « Native Advertising Charter 2016 ». Il doit être clair pour le lecteur que la publicité native met en avant un contenu élaboré avec un annonceur et qu’elle n’est pas liée à la rédaction. Cet objectif est atteint à travers des directives claires sur l'usage d'une couleur différente, d’un disclaimer (offert par…) et de publicités natives en ligne seulement accessibles via des bannières natives. Un « call to action » figure en dessous de toute publicité native imprimée.
http://www.mediahuisconnect.be/fr/notre-approche/native-advertising

De Persgroep Advertising utilise 3 catégories de branded content : « soutenu par » (écrit par la rédaction, seul le financement est assuré par un partenaire/annonceur), « offert par » (écrit par une rédaction composée par Brandtales à la demande d’un partenaire/annonceur « native advertising pur-sang ») et « publireportage » (écrit par un partenaire/annonceur).

Une récente étude du Persgroep menée en collaboration avec l’Université d’Anvers montre qu’un marquage clair, qui mentionne qui propose le contenu de l’article, est absolument essentiel pour conserver la confiance du consommateur et du lecteur. Une faible proéminence de la marque, en combinaison avec un marquage (vous est offert par…) placé à la fois au-dessus et au milieu du texte, produira le meilleur indice de satisfaction auprès du lecteur.
http://www.persgroepadvertising.be/fr/blog/Publicite-native-dites-qui-vous-etes-mais-ne-parlez-pas-trop-de-vous-meme

Chez Roularta Media, les formules de publicité native sont regroupées sous l’appellation « Information Services ». Sur les supports imprimés, la marque est indiquée par le biais de la mention « powered by… ». Il est crucial pour une campagne native de veiller à la crédibilité, à la communication d’un récit et de contenu « brandé » d’une manière journalistique afin que la campagne apparaisse digne de foi pour les groupes cibles. Le contenu « brandé » est rédigé par Custom Media.
http://www.roulartamedia.be/fr/marques/native

Brightfish a formulé ses conditions pour la publicité native au cinéma : elle doit être intégrée à l’expérience cinéma, adaptée au contexte d’une soirée cinéma, non trompeuse et mentionner explicitement la marque.

IPM
Les fiches techniques d’IPM concernant le Native Advertising
http://www.ipmadvertising.be/fr/solutions-partner-content.cfm

Documents

Paid Media Strategy & Branding Cinema Press Content Marketing_