Restez au courant des informations les plus importantes du secteur

Créer un compte

Pourquoi les marques de luxe peuvent se réjouir de l'essor des plateformes de seconde main

News Insights
2nd hand.jpg

Le Boston Consulting Group (BCG) et la plateforme Vestiaire Collective ont publié un rapport sur le marché de la seconde main. Lequel se base sur 1.005 clients de Vestiaire Collective sondés en plus des insights tirés de l'étude "True-Luxury Global Consumer" menée par BCG et Altagamma auprès de 12.000 consommateurs dans 10 pays.

Il ressort que ce marché de la seconde main qui devrait peser $36 milliards en 2021, représente une opportunité d’interaction pour les marques de luxe, surtout auprès des jeunes. Lesquels, au-delà de l'argument prix, plébiscitent la dimension environnementale de la seconde main. « Alimentée par les plateformes digitales (comme Vestiaire Collective, Vide Dressing ou Vinted, ndlr.), qui génèrent 25% des ventes globales du luxe d’occasion, la seconde main devrait progresser en moyenne de 12% par an, contre 3% en moyenne pour le marché du luxe. Ce marché représente aujourd’hui 9% du marché total du luxe », précise l’étude.
 
Le rapport relève trois principales opportunités pour les marques de luxe à investir le marché de la seconde main. A commencer par celle de recruter de nouveaux clients, la seconde main représentant une porte d’entrée vers l’univers du luxe de première main : 71% des personnes interrogées indiquent acheter des marques auxquelles elles n’ont pas accès en temps normal. 54% de la Gen Z et 48% des millennials consommateurs de luxe achètent des produits de seconde main vs 38% des consommateurs de luxe de la Gen X et 35% des Baby Boomers. 
 
Il ressort par ailleurs que les vendeurs de luxe d’occasion sont des acheteurs de produits de première main qui souhaitent récupérer une partie de leurs dépenses pour les réinvestir dans du neuf (32%).
 
Enfin, grâce à la seconde main, l’industrie du luxe trouve un moyen de soutenir l’économie circulaire, perçue comme un facteur de différenciation. L’impact écologique étant également un critère de choix pour 70% des répondants.
 
Plus de détails ici.

Insight Research, Data & ROI Strategy & Branding Research