Tout le monde semble se lancer dans un pitch média, dois-je en faire autant ?

News

La presse spécialisée en fait ses choux gras ! Pas un jour ne passe sans qu’elle se délecte de la short-list d’un pitch à venir ou relate quelle moitié des candidats subsiste pour la suite d’une autre compétition… Quand elle n’annonce pas (et ce sont les messages les plus intéressants) le nom d’un gagnant, sans oublier de citer encore une fois les perdants, cela va sans dire.

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Devez-vous suivre le mouvement, en tant qu’annonceur ? Pas forcément, mais si vous le faites, faites-le à bon escient ! Gardez bien les 10 points suivants à l’esprit.

  1. Partez du principe que la préparation d’un pitch est la dernière possibilité, après avoir essayé toutes les autres solutions. Ne vous lancez donc pas systématiquement dans l’exercice pour la nième fois. Il existe bien d’autres manières de stimuler la vivacité de votre agence !

  2. Essayez, au sein d’un groupe international, d’intervenir à l’échelle locale également, ainsi que d’avoir déjà un pied (ne serait-ce qu’un petit) dans l’organisation. La Belgique est en effet très spécifique en termes d’agences, de réductions, etc.

  3. La base de chaque pitch est un flux d’informations clair et complet que vous adressez aux candidats. Prenez le briefing très au sérieux !

  4. Ne basez pas votre sélection d’agences sur « ce que vous avez entendu dire » ou sur certaines « études » qui sont en fait sponsorisées par le secteur des médias lui-même. Veillez à être informé de manière objective et suffisante, partez d’une vue d’ensemble et souvenez-vous qu’une seule et même agence peut constituer des équipes très diverses.

  5. Limitez vos questions ! Vous n’avez pas du tout besoin de 4 dossiers stratégiques étendus pour pouvoir évaluer une agence dans un certain domaine ! L’exercice financier doit également rester limité, mais clair et comparable !

  6. Concentrez-vous sur la stratégie et l’équipe. Tout le reste, y compris l’aspect financier, est subordonné à ces deux éléments. En tant que client, il est en effet rarement possible de demander aux agences, lors d’un pitch, d’effectuer une parfaite simulation annuelle ! Pourquoi, dès lors, faire semblant que… ? Cela peut en effet avoir un effet boomerang quelques mois plus tard.

  7. Réalisez une évaluation honnête : l’une sur la base de l’input écrit et l’autre sur la base de la présentation. Ces deux aspects doivent être évalués selon des critères différents.

  8. Étayez votre décision et communiquez le plus possible et de la manière la plus transparente possible vis-à-vis des agences participantes, par le biais d’un document ou d’un entretien individuel ou collectif.

  9. Réglez, dès le stade du pitch, les principales clauses contractuelles rapidement et passez au plus vite au vif du sujet. En fin de compte, c’est ce qui vous intéresse !

  10. N’oubliez pas d’organiser un débriefing avec toutes les parties par la suite. Cela permettra aux perdants de tirer tout de même certains enseignements !

Par Geert Debruyne, Founder FMA (Financial Media Audit)

Agency Management Media & Touchpoints Opinion Academy